NOTE  SUR L'APPROCHE
ENVIRONNEMENTALE  ET ENERGETIQUE

 
 

 

Prise en compte de la démarche H.Q.E. et du développement durable

Dans le cadre de la Haute Qualité Environnementale, la démarche engagée par notre Agence  il y a quelques années, a été de privilégier et de stimuler  l’auto formation  afin de permettre une plus grande réactivité et une utilisation raisonnée du développement durable.

En tant que simple citoyens, nous avons pris conscience de la nécessité du respect des générations futures. 

De plus, en tant que responsable d'un groupe dont le métier est de concevoir et construire le cadre de vie, nous avons fait et faisons partager  notre implication et notre détermination à nos collaborateurs.
Mme Klassen est actuellement en cours de validation de la formation ‘Développement durable et qualité environnementale en aménagement territoire, urbanisme, architecture SCOP 2 RIVES’.

Au sein de notre agence, nous avons mis en place  une démarche basée sur la pratique, démarche que nous continuons d'approfondir et de perfectionner aujourd'hui :

 utilisation régulière de nombreuses publications sur le sujet :
 

- “L’Architecture écologique“ de Dominique GAUGIN-MÜLLER

- le numéro spécial H.Q.E. de la revue A&E

- les deux documents H.Q.E. publiés par E.D.F.

- le guide ADEME / Conseil Régional sur “la qualité environnementale du cadre de vie bâti“

- les articles sur les “Passiv Haus“

• visite de bâtiments H.Q.E. et de maisons passives (Alsace, Allemagne,  Europe du nord, Voralberg, Budapest, …)

• collaboration accrue et échanges constructifs avec nos Bureaux d'études co-traitants afin de rester réactifs entre avancées technologiques et rationalité des solutions proposées.



Le développement durable
devient, depuis un certain nombre d’années, un atout pour l’avenir, en constituant l’axe majeur de l’évolution internationale.

Cette démarche écologique dégage de nouvelles perspectives  et  offre un important potentiel d’innovation. 

Les maîtres d'ouvrage publics l’ont compris  et  organisent leurs projets à travers cet élan dynamique, désormais également synonyme de compétitivité et de performance.

Dans cette même perspective, le domaine de l’architecture profite de cette dynamique  et  relève le défi de la démarche environnementale.

Au-delà de nouvelles contraintes, cette démarche nous permet de veiller à la cohérence générale du projet en matières d’exigences qualitatives ayant un impact sur la qualité environnementale, tant au niveau de la réalisation de l’ouvrage qu’au niveau de sa maintenance.

 

 

Autant de raisons pour repenser l'art de bâtir  et  appliquer l'acquis des différentes approches et exigences,  sur nos projets  et  nos chantiers ; ainsi l’ensemble de nos projets récents intègre, à différents niveaux,  la préoccupation Haute Qualité Environnementale  et  le développement durable :

• Par exemple, le projet de restructuration du Bâtiment de l’Automobile du  C.F.A. de Haute-Saône, livré début 2004, a intégré en partie un grand nombre de cibles H.Q.E. :

* cible 1 : étude préalable sur l'ensemble du site  en tenant compte de la topographie (liaisons piétonnes, accès véhicules, parkings, aspect paysager)
 intégration de la  source de bruit  extérieur (essais des moteurs parcs et jardins) dans le bâtiment restructuré, avec ventilation et isolation acoustique


* cible 8 : confort d'été : augmentation des ouvrants, brise-soleil  pour les salles sud-est et sud-ouest, remplacement de l'isolation extérieure


* cible 9 : correction acoustique entre Carrosserie et Ateliers par bardage perforé + feutre acoustique,  des salles cours, en plafonds par dalles perforées + isolation

• Pour le projet de la MAISON DES MICROTECHNIQUES (TEMIS  INNOVATION), la démarche H.Q.E. relativement complète utilisée, a permis de mettre en œuvre de nombreuses solutions techniques répondant aux exigences écologiques , tant au niveau de la réalisation que de l'exploitation de l'ouvrage.

* cible 2 : choix de matériaux  ne demandant pas d'entretien particulier : terre cuite, bois traité, bardage aluminium


* cible 3 : le chantier  a fait l'objet d'une organisation et d'une planification permettant de réduire  les nuisances en terme de déchets, de sécurité, vis à vis du voisinage, et de bruit en particulier


* cible 4 :  isolation par l'extérieur pour traitement des ponts thermiques, vitrage thermique avec faible émissivité et remplissage d'argon centrale double flux avec récupération à haut rendement, puits canadien en souterrain  pour rafraîchissement en été et réchauffement en hiver  de l'air introduit dans le bâtiment


* cible 5 : gestion des eaux pluviales  par stockage  temporaire et évacuation par pompe de relevage avec rejet différé et régulé au réseau (en relation avec le service des eaux de la Ville de Besançon)


* cible 7 : gestion de l'entretien et de la maintenance 

Le bâtiment a fait l'objet d'une étude thermique dynamique  permettant d'évaluer l'évolution de la température  en fonction des conditions climatiques, notamment en été.  Sa conception  lui assure  une forte inertie ; associée à la mise en oeuvre de vitrages performants, de brise-soleil et à un puits canadien, elle permet de limiter les besoins de climatisation aux locaux dans lesquels le process génère des apports et impose le respect d'exigences strictes. Lors de la mise en service du puits, au cours de l'été 2006, il a été constaté une température d'introduction de l'air plus faible de 4 à 5° que l'air ambiant.


• De même, nous travaillons actuellement sur 2 Foyers ADAPEI  de Baume les Dames et de Montbéliard  pour personnes handicapées,  avec HABITAT 25,  pour lesquels nous avons été lauréats. 
Nous sommes en cours de validation de décision du maître d'ouvrage sur les propositions d'améliorations techniques étudiées :

 
* production d'énergie à 85% nécessaire au chauffage, à la ventilation, à l'eau chaude sanitaire  par chaufferie bois plaquettes forestières

* eau chaude sanitaire solaire  par  panneaux solaires en toiture  couplés à un ballon de stockage primaire désolidarisé du circuit d'eau chaude par un échangeur à plaques  (non prolifération de la légionellose)

* puits canadien  en préchauffage (en hiver) et refroidissement  (en été)  de l'air introduit  dans les grands volumes  (salle à manger et salles modulables)

* rafraîchissement par groupe de production d'eau glacée à absorption  sur chaudière bois, avec transfert de chaleur  entre les phases gazeuses et liquides

* récupération des eaux de pluie   dans cuves  pour arrosage  et  utilisation dans les réservoirs de toilettes
 
La démarche H.Q.E. a  suscité  pour nous, une nouvelle conception de l’espace et du rapport du bâtiment à son environnement ; notre mission d’architecte  est une mission de synthèse  qui doit :

- utiliser de manière raisonnée et pratique, des principes traditionnels et innovations technologiques ayant fait leurs preuves,

- mettre en commun compétences et informations afin d’obtenir un résultat convaincant par la qualité de son architecture et l’intelligence des mesures écologiques retenues. 
 


Démarche H.Q.E.  et  respect de l'enveloppe  prévisionnelle

La prise en compte du  développement durable   nous a conduit à retenir son application à l'architecture  du point de vue : -environnemental – technique – économique
    
Concernant le volet économique,  certaines options bioclimatiques que nous proposons, très en amont du projet, n'entraînent pas de surcoût ; les données du site guident le choix  de l'implantation du bâtiment, des orientations des ouvertures,  afin de tenir compte des paramètres existants :  relief, vents dominants, ensoleillement passif

De même, l'isolation thermique  par l'extérieur  supprime les ponts thermiques en hiver et préserve l'inertie de la paroi,  mais n'est pas génératrice de supplément.


D'autres options sont à étudier sur la base du long terme ; pour répondre à la demande des maîtres d'ouvrage, nous leur  transmettons des propositions chiffrées (- coûts d'investissement des systèmes de chauffage faisant appel à des énergies renouvelables, à comparer avec un coût d'investissement de système de base, par exemple gaz naturel - coût annuel de fonctionnement pour chacun de ces systèmes)  afin qu'ils soient en mesure de décider  en terme de coût global (panneaux solaires, puits canadien avec échangeur de chaleur,  éolienne, stockage et réutilisation de l'eau de pluie pour arrosage et w.c.)

Notre gestion du coût prévisionnel d'une opération  se fait donc  pendant les études  et  tout au long du chantier  par :

- la précision de la prescription du projet par rapport aux objectifs contractuels, réglementaires et architecturaux

- le contrôle estimatif à chaque phase du projet d'études par une évaluation quantitative et qualitative

- la rigueur du dossier technique

- la vérification tout au long du chantier de l'état de la comptabilité de chantier et des avenants en fonction des objectifs (élément encore plus nécessaire dans le cas du travail dans l'existant) des fiches navettes  sont établies au fur et à mesure du chantier ainsi que des tableaux récapitulatifs remis à jour tous les mois.


Avec le recul  que nous commençons à avoir sur le sujet, nous souhaitons reprendre les termes de  J.P. OLIVA, éco-consultant, qui note que " l'approche bioclimatique doit viser à réaliser des constructions équilibrées sans rechercher  des performances exceptionnelles sur tel  ou tel aspect  au détriment de tous les autres."


En conclusion,  notre méthodologie  pourrait se résumer  aux quatre grands principes  suivants :


ETRE A L'ECOUTE

par l'analyse rationnelle du programme

par la prise en considération des besoins
par un dialogue continu avec le Maître d'ouvrage et les utilisateurs

 

REPONDRE A LA DEMANDE

par la pluralité des compétences de notre équipe
par la cohésion avec les Bureaux d'Etudes Techniques
par des propositions architecturales et techniques justifiées

ASSURER LE SUIVI

par le contrôle permanent :

de la qualité de l'ouvrage
de la maîtrise des coûts
de la maîtrise des délais

 

APPORTER UN PLUS

par le souci de l'insertion dans le site et de la qualité environnementale

par un travail sur la question de l'espace
par le souci de la pérennité des ouvrages